Je n’aime pas la musique « dématérialisée » !

Déjà rien que le mot ça fait peur, non ? Bon, je sais c’est facile mais n’empêche que je suis pas convaincu par cette musique « d’ordinateur ». Je vais passer pour un vieux rouspéteur passéiste  (ce que je suis peut-être ?) mais j’ai vraiment du mal avec ce « progrès » (!) qui consiste à se passer de disque pour écouter de la musique.

Passons sur l’aspect « objet », même s’il y aurait beaucoup à dire justement sur la suppression de cet objet qu’est le disque, avec sa pochette, son livret d’accompagnement, son travail d’édition, ici plus rien, juste un écran d’ordinateur, bref passons disais-je,   et concentrons-nous sur l’écoute proprement dite. Ce qui est le bon mot, proprement !

Car et c’est là où je voulais en venir, ce que j’entend sur un disque dur, c’est de la musique proprement molle, sans consistance et pour ainsi dire sans âme ! On nous avait déjà fait le coup avec le Cd par rapport au vinyle (qui est toujours là alors que l’on nous avait dit qu’il était foutu il y a… près de trente ans !) et voilà qu’on nous refait le coup maintenant avec la « dématérialisation » : « Attention le  support Cd va disparaître et de toute façon  il n’est plus bon, dépêchez-vous d’allumer votre ordinateur ! »

Mais cela veut dire quoi au juste ? Tout simplement qu’une fois de plus on se moque du monde !

Le problème du vinyle ce n’était pas qu’il n’était pas assez bon mais c’était plutôt qu’il ne se vendait plus. Le problème du Cd c’est la même chose !

Ce n’est pas qu’il n’est pas assez bon, car au contraire il a atteint ses lettres de noblesse et procure enfin un niveau de qualité vraiment très satisfaisant, mais lui aussi, comme  le vinyle, ne se  vend plus assez ! Et vous croyez que tout le monde va se précipiter sur son ordi pour acheter de la musique « virtuelle » ? Car ce qui est très fort maintenant et même plus fort que tout c’est que l’on nous propose d’acheter du vide ! Une discothèque virtuelle que l’on ne verra que sur son écran d’ordi ! Il est certain que c’est plus pratique pour les voleurs quand ils cambrioleront votre maison ! Il y a juste à faucher un disque dur. Mais heureusement on a fait un sauvegarde sur un double !

Non, je ne pense pas que le disque Cd disparaisse ! Il se marginalisera peut-être durant un temps, le temps, comme à l’époque du Home-Cinéma, de faire « jou jou » avec son ordi et son Iphone ou autre Ipad, Ipod…Puis, comme pour le Home-Cinéma on finira par s’apercevoir que, mince alors, un « bon vieux Cd » c’est quand même autre chose, comme la Hifi véritable c’est autre chose que ce Home-Cinéma que l’on a voulu nous faire avaler !

Je ne suis pas contre le progrès mais je veux qu’il m’apporte un mieux tangible et franchement quand je vois « l’usine à gaz » informatique qu’il faut déployer pour mettre sa musique et l’écouter sur son ordi, ça me fait bien rigoler et je retourne à mes bon vieux vinyles ou Cd !

Au fait vous avez vu la pochette du dernier vinyle de EMILY JANE WHITE ? Moi je prèfère l’avoir et la voir accrochée au mur grâce au joli cadre de chez ROCK AND WALL que de l’avoir sur le fond d’écran de mon ordinateur !

8 réponses à “Je n’aime pas la musique « dématérialisée » !

  1. Bonjour cher Monsieur,

    Votre partialité me choque un peu et j’aurais souhaité apporté mon humble avis à votre édito si tant est que vous vouliez bien l’accepter.

    J’ai 52 ans et depuis l’âge de 15 ans je suis un passionné de musique et de technique pour la reproduire (je n’aime pas le terme galvaudé de hifi).
    J’ai en son temps hanté les auditoriums tel le votre en quête de la courroie qui chantait le mieux, et oui je fais partie de ces « grands malades » qui traquait la personnalité des platine tourne disques pour lire mes galettes de 30 cm.

    Comme vous j’ai été très déçu par l’avènement du cd et j’ai mis beaucoup de temps à les voir remplir les étagères de ma bibliotèque.
    Bien sur j’ai été sensible à l’évolution du matériel pour les lire et surtout à l’évolution des enregistrements en numériques qui devenaient au fil du temps plus proche de l’original.

    J’ai également été ravi par l’arrivée du sacd qui malheureusement ne vécu pas à un marketing débile et un pourcentage de mélomanes trop inférieurs aux seuils de rentabilité.

    Puis vint cette horreur nommée mp3, non pas le scooter 3 roues😉 et ses hordes d’iPod et autres lecteurs avec des oreillettes fabriquées en chine pour 1 $ rendant sourds nos enfants sur de la musique électro ou pire de la techno !
    Au début j’ai refusé de m’y intéressé, persuadé que ce n’était qu’un engouement passagé à la faveur d’une mode.

    Puis un jour, par curiosité naturelle, je me suis penché sur la question.
    Tant et si bien qu’à la faveur d’une rencontre j’ai découvert, le mot est faible, la félicité en écoutant sur une installation hors norme de la musique stockée sur un disque dur et pilotée par un Macintosh avec iTunes qui transmettait des fichiers non compressés en wifi et étaient ensuite traduits en numérique avec un convertisseur de course.

    Et bien je mets au défit qui que ce soit de voir la différence entre ses fichiers et un cd sur un lecteur très haut de gamme.
    Il s’agit en l’occurence de la société db System installée à grâce et inventeur de la Rosita.

    Vous pourrez voir son installation sur son site web
    http://www.db-system.fr/bd_system/db_system_Bienvenue.html.

    Dans une salle idéalement traitée avec un système à pavillons, véritable loupe sur le signal transmis, j’ai redécouverts mes enregistrements préférés de jazz et de classique.
    La différence entre des cordes naturelles sur un Stradivarius ou le timbre d’une voix deviennent si réels que vous en frémissez.

    Alors vous comprendrez que je suis surpris de vos allégations sur cette technologie quand elle est aboutie.

    J’ai pour ma part fait le choix de riper mes 2000 cd sur un disque dur de 2 To sans aucune compression ni correction d’erreur et de les transmettre par le biais de ce système sur mon installation composée d’un préampli Audio Research SP16, de deux blocs mono à base de doubles push pull d’EL34 tweakés avec des tubes NOS et d’autres de qualité militaire, les enceintes sont des JM Reynaud Offrande signature épaulées dans les premières octaves par un caisson éponyme modèle Furioso, prenant le relais en deçà de 45 Hz.

    J’ai seulement conservé un lecteur de SACD pour la petite centaine de ces galettes, modèle de chez Marantz dans la série ki.
    Mais dés lors qu’iTunes permettra de gérer le 24/192 je passerai le pas également pour ces enregistrements.

    Votre réaction en réponse à ce message m’obligerait

    Musicalement votre

    Michel L.

    • Monsieur,

      Je vous remercie de votre réponse à mon édito concernant la musique « dématérialisée ».
      Je ne voulais pas « choquer » pour reprendre votre terme mais simplement faire part d’un avis personnel qui forcément doit pouvoir être critiqué ou remis en question.

      Ce que vous faite et qui est très bien.
      D’ailleurs avec votre permission j’aimerais faire figurer votre réponse sur mon site Internet afin que cela enrichisse le débat.

      Je n’ai pas eu la chance d’écouter votre installation qui apparemment fonctionne très bien aussi, je ne peux parler que de ce que j’ai entendu.
      D’autre part ce que j’ai voulu montrer dans mon article c’est que ce n’est pas l’aspect musical de la musique « dématérialisée » qui me dérange le plus, je me doute qu’il doit exister des systèmes performants ou qu’il en existera très prochainement, mais plutôt l’absence de support pour la musique.

      Je ne me ferais jamais à l’idée d’avoir une discothèque virtuelle. Ni une bibliothèque, quelle horreur !
      Comme j’ai besoin de toucher et de sentir mes livres, j’éprouve le besoin de toucher, manipuler, montrer mes disques.
      Et je suis heureux de fouiller dans ma discothèque. Il ne peut y avoir selon moi le plaisir exclusif de l’ouïe en matière de reproduction musicale, il suffit de regarder le grand retour du vinyle depuis quelques années. Le support joue un rôle majeur et pas seulement la qualité de restitution.

      Imaginez si vous êtes amateur de vin que l’on vous fasse gouter une bouteille sans que vous puissiez voir, sentir, humer le verre, inspecter la bouteille, son
      étiquette… Impossible ! Le monde virtuel nous tend les bras mais nous sommes des millions à ne pas en vouloir malgré les « améliorations » que cela est
      sensé nous apporter.

      Cordialement,
      Olivier BODIN

  2. Cher Monsieur,

    C’est bien entendu avec plaisir que je vous autorise à publier mes réponses sur votre site web, ainsi que mon adresse email.

    Je comprends très bien vos arguments étant moi même très sensible aux pochettes et autres livrets des cd et encore mieux de feu les 33 tours car si les anciens pressages me ravissent toujours nous ne trouvons plus sur le marché de nouveaux enregistrements intéressants.

    De plus je pense qu’il fauit vivre avce son temps et que rien ne sert de pleurer les 33 tours et autres sacd ou dvd audio à partir du moment où il n’y a aucune change de voir réapparaître ces petits bijoux.

    Si j’ai à un moment donné pactiser avec le diable (j’entends par là la musique dématérialisée) c’est que j’en ai vu mais surtout entendu les avantages et bénéfices.

    Les avantages tout d’abord, avec 2.000 cd dans ma cdthèque j’avais beaucoup de mal ne serait ce qu’à retrouver facilement un enregistrement et j’en oubliais jusqu’à son existence, allant même jusqu’à commander un exemplaire que je possédais déjà
    Les critères de choix de l’informatique permettent de passer d’une plage d’un cd à une autre d’un autre cd en un temps record et de plus de retrouver des passages oubliés.
    Côté résultat la technologie wifi et son absence de couplage physique entre l’enregistrement et le convertisseur nous met à l’abri de nombreux écueils dont le jitter.

    Certes vous pouvez vous en affranchir avec certains matériels high end, dcs et autres petites merveilles incorporant une horloge atomique, mais dans la plupart des cas, même avec un lecteur à plusieurs milliers d’€ le résultat avec le fichier informatisé est supérieur.

    Le tout est d’investir dans un vrai convertisseur et de ne pas ergoter sur la qualité des transmissions.

    Je vous recommande de faire l’essai dés que vous en aurez l’occasion et je pense qu’elle se présentera de plus en plus, notamment dans les salons spécialisés.
    J’étais un farouche défenseur du cd et encore plus de 30 cm et aujourd’hui je ne troquerai pour rien au monde mon installation, tout au moins au niveau source.

    Si vous passez par Nice durant vos vacances, je vous invite à faire une écoute avec vos fichiers audio.

    Concernant votre remarque concernant le vin, j’en suis très touché mais me permets de vous faire remarquer que le cd ne permet pas de sentir ni de visualiser le fichier, dés lors la comparaison est un peu difficile et de plus rien ne vous empêche, comme je le fais de présenter votre pochette sur votre écran 50″ lcd😉

    Au plaisir de vous lire et de visiter vote site

    Musicalement vôtre

    Un passionné de hifi et de musique

    Michel L.

    • Monsieur L,

      Merci de votre réponse, des détails que vous m’apportez ainsi que de votre permission à faire figurer votre avis sur mon site Internet.
      Je comprend parfaitement vos arguments et si nous n’étions pas aussi éloigné
      l’un de l’autre c’est avec plaisir que je répondrais à votre invitation de venir faire une écoute chez vous. Je vous remercie de cette proposition.

      Je ne peux toutefois m’empêcher de penser que la musique “virtuelle” ne fera jamais
      l’unanimité. La preuve récente apporté par le retour hier invraisemblable des disques vinyles est pour moi un signe important du besoin, parfois vital, de certains “consommateurs” de revenir au plaisir simple (et unique !) de voir tourner un disque et de ressentir comme un petit “miracle” de voir que le simple frottement d’une pointe dans un sillon est capable de fournir autant d’émotions.

      Car pour moi, et vous l’avez bien compris, l’émotion ne nait pas seulement du son obtenu aussi parfait soit-il, mais de tout ce qu’il y a autour. SI un jour il n’y a plus besoin d’enceintes acoustiques pour fournir un son parfait je continuerais à écouter des enceintes acoustiques. Non par passéisme je pense mais par ce que j’ai besoin d’un rapport à l’objet.

      Ravi d’avoir pu échanger nos points de vue et n’hésitez pas quand bon vous semblera à réagir à mes éditos ou autre…

      Bien cordialement

      Olivier BODIN
      CHANT LIBRE

  3. Je me retrouve assez dans l’avis de M. Bodin. J’écoute au final maintenant plus de vinyles que de cd et pourtant je n’ai que 25 ans. J’écoute beaucoup d’artistes qui sortent des 45 tours et dont les chansons sont seulement disponibles sur ce support. Et, pour moi aussi c’est un rapport à l’objet car , mes vinyles ne sont pas des 180grammes , quelques fois un peu voilés (même neufs) et surtout ils sont souvent colorés et j’avoue que j’adore ça! J’ai même un cd noir habillé comme un vinyle c’est pour dire… Et puis quand je me rends à un concert c’est un plaisir de repartir avec quelque chose sous le bras, alors qu’une clé usb… Sans oublier qu’un disc dur n’est pas un support physique avec ses risques d’usures etc, sans oublier les problèmes de DRM en cas de vol, incendies, comment récupérer ses fichiers?
    Plus sérieusement DB système c’est Dan Bellito, taulier du forum Delphi. J’ai eu l’occasion de le rencontrer lors d’une rencontre entre forums hifi à Bezons il y a deux ans, il est vrai que sa rosita fonctionne. Cependant je me permets de faire remarquer que I Tunes (étant pourtant utilisateur mac et technicien audiovisuel) n’est pas un bon logiciel de lecture de fichiers non compressés, il en existe des bien plus précis, professionnels entres autres). Sans oublier pour moi l’utilisation d’un autre réseau wifi en plus d’internet et du portable, ça commence à faire beaucoup d’ondes dans une maison…

    cordialement.
    Ronan DABIRAND

  4. LE son d’un vinyle n’a pas encore d’équivalent.

    Et la musique dématérialisée est tellement peu fiable finalement.

    En fait j’ai l’impression qu’il est quand même beaucoup plus simple d’obtenir le meilleur d’une platine vinyle que de régler tous les paramètres d’un lecteur virtuel et de l’ordinateur sur lequel il se trouve…
    Le Vinyle et le CD sont tellement plus simple a optimiser… et ensuite à écouter.

    Et je suis assez d’accord avec Ronan sur le rapport à l’objet. J’ai ainsi un vinyle signé par les trois artistes… comment faire avec une clef USB ?

    Un intérêt peut être, les iPad. Ils sont effectivement très pratiques pour transporter la musique et écouter un peu partout…

    Mais pour se faire vraiment plaisir, rien ne remplace, à mes oreilles, un vinyle…

  5. Bonjour ,
    il faut quand même laisser à la musique dématérialisée une bibliothèque et un choix que peut de disquaires peuvent avoir.Je parle bien entendu de site comme une certaine marque à la pomme ou je peux retrouver tout ce que je désire écouter ,les disquaires pres de chez moi étant limités a ce qui « marche ».
    J’ai pu grace à ce site retrouver des groupes inconnus(méconnus)de premiere partie de concert qui m’avaient bien plus.Le problème du cd en partie tient du fait qu’il n’y a plus des enseignes dignes de ce nom n’étant pas limitée au commercial…
    A très bientôt.

    Stéphan Gilles..

    • Bonjour Gilles,

      Je suis tout à fait d’accord avec vous. Je ne nie pas que la musique dite « dématérialisée » ait un intérêt. Principalement celui de DECOUVRIR des musiques,
      des artistes. Cependant je persiste à penser que rien ne remplace le disque, Cd ou vinyle, de même que rien ne remplace le livre sur support papier. Lorsque l’on découvre
      une musique vraiment intéressante il est donc préférable selon moi de l’écouter
      sur un lecteur Cd (ou vinyle) que sur son ordinateur.
      Il est vrai également que l’arrivée du Cd à la place du vinyle a « tué » beaucoup de « petits »
      disquaires et qu’aujourd’hui on ne trouve de disques qu’en grandes surfaces ou sur le Net. Mais je suis persuadé que ce beau métier va ressurgir petit à petit (c’est déjà le cas
      dans certaines grandes villes comme Paris) car les amateurs de musique ressentent à nouveau le besoin de tisser un lien avec un vrai professionel passionné.
      Merci de votre commentaire et à bientôt !

      Olivier BODIN
      CHANT LIBRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s